Qu’est devenu Israël/Marcel SENDYK ?

Depuis 1943, Charlotte SENDYK, 82 ans, cherche désespérément son frère Israël/Marcel SENDYK. Après avoir été cachés des Allemands dans différentes maisons d’enfants en Province, ils ont été séparés. Charlotte a été envoyée en Haute-Savoie, Israël/Marcel dans le Tarn-et-Garonne. Ils ne se reverront jamais. Qu’est devenu Israël/Marcel, ce petit garçon souriant sur cette photo prise en 1942 ?

Changement d’état civil pour les « trans » : la France en retard

Le projet de loi de Justice du 21e siècle, adopté à l’Assemblée ce mercredi, fixe les conditions de changement d’état civil pour les personnes transexuelles (qui ont déjà subi des transformations physiques pour changer de sexe) et transgenres (qui se sentent appartenant à l’autre sexe que celui attribué à la naissance), souvent victimes de discrimination. Elle est un premier pas mais il reste encore beaucoup de chemins pour arriver au niveau d’autres pays.

“Double jeu”

Né d’un père inconnu, abandonné par une mère fragile, alcoolique et toxicomane dans un appartement d’un quartier pauvre de Lyon, Pascal Papé, l’un des joueurs les plus dissuasifs du rugby mondial, a eu la chance d’être recueilli, à 7 mois, par Jean-Pierre et Françoise Papé. Terrifié durant toute son enfance à l’idée de leur être retiré, ses profondes blessures psychologiques le conduisent, en 2013, à une tentative de suicide. Il libère aujourd’hui sa parole dans ce livre-confession.

“X un jour, X toujours…”

Née sous X en 1971, adoptée à l’âge de 6 mois, Anne-Laure Giron a dû se construire sans racines. Elle aime à rappeler que même les chiens ont des pedigrees et que le droit de connaître ses origines est essentiel pour chacun afin de pouvoir construire sa vie autrement que sur des fondations bancales. Un jour, elle a décidé d’écrire pour raconter ses recherches, son quotidien et celui de certains de ses amis. « X un jour, X toujours… » est son premier livre.

Enlèvement parental de Camille : la grand-mère et une tante jugées à Toulon

Depuis 2011, Priscilla Majani vit cachée avec sa fille Camille, bientôt âgée de 11 ans. Le tribunal correctionnel de Toulon est contraint de juger cette mère en cavale par défaut, pour “soustraction d’enfant”. La décision est attendue le mois prochain. La grand-mère de la fillette, Adelheid Majani et sa tante Lucille, présentes ce mercredi sur le banc des prévenues, encourent quant à elles une peine d’un an de prison, dont la moitié avec sursis.